Langue

PROBIOMESH

LogoProjets_PROBIOMESH_0.png

Le prolapsus pelvien est causé par l'âge et les grossesses successives qui altèrent la santé de des femmes en endommageant les muscles pelviens, au niveau du bassin. Les organes abdominaux ne sont plus maintenus et peuvent alors descendre via la voie vaginale, provoquant un prolapsus génital. Loin d'être anodin, ce phénomène concerne une femme sur 3, soit plus de 2 millions de patientes uniquement en Belgique et en Hauts-de-France. Il atteint 60 % des femmes de plus de 60 ans.

Les conséquences physiques sont pénibles pour les patientes (incontinence, constipation, douleurs lors des rapports sexuels notamment), mais c'est aussi leur place sociale qui est atteinte. Handicapées par le prolapsus, elles perdent en mobilité et le tabou autour du sujet accentue la perte d'estime qu'elles ont d'elles-mêmes. La demande de prise en charge chirurgicale est cependant croissante, mais les solutions actuelles sont mal adaptées.

L'objet de cette collaboration est la réalisation d'implants textiles semi-résorbables de renfort pour le traitement de prolapsus génitaux.

Les dispositifs existants actuellement sont peu adaptés et trop rigides. Ces implants sont en effet dérivés de ceux utilisés en chirurgie viscérale (hernie) et n'ont pas fait l'objet de développement spécifique en particulier sur leurs propriétés mécaniques. Il en résulte de nombreux échecs et récidives et d'autre part des sensations d'irritations et d'inconfort chez de nombreuses patientes. Le traitement du prolapsus génital reste donc un enjeu de santé en particulier en raison des problèmes de tolérance des dispositifs existants dus notamment à l'inadéquation du comportement mécanique des renforts par rapport au comportement mécanique des tissus vivants environnants.

Le projet PROBIOMESH regroupe des acteurs transversaux et transfrontaliers dans le domaine des sciences médicales, polymères et procédés textiles pour proposer de nouvelles solutions à ces patientes.

Les verrous technologiques du projet PROBIOMESH:

  • Conception et tricotage d'implants semi-résorbables de comportement mécanique contrôlé et évolutifs dans le temps (répondant à un cahier des charges adapté aux besoins de la chirurgie gynécologique)
  • Maîtrise de l'évolution in vivo des comportements mécaniques des implants : développement et validation d'un modèle prédictif permettant d'évaluer les conséquences de la cicatrisation sur le comportement mécanique des implants
  • Réalisation d'implants de comportement mécanique in vivo en adéquation avec leur objectif de renfort.
  • Réalisation d'implants en adéquation avec les exigences des chirurgiens et patientes en matière de tolérance in vivo.

L'implant « physiologique » répondra à cette demande puisqu'il sera plus adapté à l'environnement pelvien en ayant en particulier des propriétés mécaniques moins rigides.

Financement du projet: 
Contacts: 
Début: 
01 Jan 2018
Fin: 
31 Dec 2021