L'APFO est dépisté et analysé en plusieurs étapes:

Dépistage du fluor et de l'APFO

Lorsqu'un produit de consommation est soumis à un dépistage des composants à risque, nous commençons par vérifier la présence de fluor. Nous pouvons effectuer ce test par microscopie électronique SEM avec détection EDX. Les électrons du MEB excitent la Fluorine qui émet des rayons X spécifiques qui peuvent être mesurés. Ce dépistage est impossible à réaliser avec un système XRF classique avec détection EDX. La présence de téflon dans les membranes et les finitions en téflon dont la teneur est relativement élevée peut également être détectée et identifiée par spectroscopie FTIR. 

Si du fluor est mesuré, cela peut indiquer la présence d'APFO résiduel

Le dépistage par LCMS d'un extrait de solvant général peut déterminer si la quantité est significative. Outre l'APFO, d'autres substances sont détectées, comme le nonylphénol et les éthoxylates de nonylphénol, l'azodicarbonamide et les stabilisateurs UV (= paramètres SVHC de REACH). 

Détermination quantitative de l'APFO

La particularité de la détermination du PFOA est que la substance est détectée jusqu'à une limite très basse, alors que la méthode elle-même comporte des risques de contamination. Le téflon est utilisé dans la production d'eau de haute pureté, de normes analytiques et de produits chimiques, ainsi que dans l'équipement d'analyse lui-même. Il faut donc faire la distinction entre l'"APFO de fond" et l'APFO de l'échantillon. 

LC-MS Triple Quad

Triple Quad LCMS

Centexbel utilise les appareils LCMS Triple Quad d'ABSciex. Ces instruments sont également utilisés dans les analyses de dopage, les analyses de traces dans les denrées alimentaires et dans le secteur médical. L'appareil nous permet d'atteindre des limites de détection très basses. Dans le cas de l'APFO, cette mesure est nécessaire car la Norvège a fixé une limite de 1µg/m2 pour les textiles, les tapis et autres articles enduits depuis juin 2014. La limite doit être respectée quel que soit le poids du matériau, ce qui rend l'analyse encore plus complexe. 

Non seulement le PFOS (acide perfluorosulfonique), également très répandu, est mesuré, mais l'analyse a été étendue aux acides perfluoroalkyliques supérieurs (C9 à C14).